Suisse : Julien-Clément Waeber, infirme moteur Cérébral devient le premier IMC à siéger dans un conseil communal.

JC_Waeber.jpegJulien-Clément Waeber, infirme moteur cérébral Suisse de 19 ans fait une rentrée remarquée dans le Conseil Communal de Chavannes-Près-Renens au sein du groupe socialiste.

Cette entrée en politique bouscule tous les préjugés au niveau des IMC qui sont souvent vu à cause de mouvements désordonnés et de nombreux troubles de la parole comme déficients mentaux.

Une erreur de première importance car si tel était le cas, la carrière politique leur serait fermée. Cette particularité demande toutefois de nombreux aménagements pour intervenir dans un milieu ou la parole est l’instrument de travail essentiel !

Afin de s’exprimer, Julien-Clément Waeber s’exprime par l’intermédiaire d’un ordinateur qu’il manipule à l’aide de quatre tiges installées derrière sa nuque et des deux côtés de sa tête.

Le problème est que la composition d’une phrase simple lui demande cinq ou six minutes avant que l’appareil ne la traduise d’une voix synthétique. Cette particularité rendrait impossible toute intervention rapide de sa part.

Afin de résoudre ce problème, le bureau du Conseil communal de Chavannes-Près-Renens à du réaliser des aménagements originaux. Pour les votes à bulletins secrets, comme pour lire les interventions que Julien-Clément Waeber aura préparées à l’avance, l’huissier du Conseil sera en charge d’être la main et la voix du jeune socialiste. Le fait qu’il soit assermenté et neutre est donc le parfait garant de l’indépendance de Julien-Clément au sein de l’assemblée.

Bien sur tous les aménagements ont été pris pour l’accès de son fauteuil électrique.

Notons que julien-Clément malgré son jeune âge est sur une pente ascendante dans le milieu de la politique. Depuis plus d’une année, celui qui avoue aussi une sensibilité écologique s’est tourné vers le Parti socialiste pour défendre les assurances sociales. Il est responsable du support média au sein du bureau des Jeunes socialistes vaudois. Il est également intervenu au dernier Congrès national, où il est intervenu auprès du président Christian Levrat pour demander une hausse de la rente AI minimale.

Cette percée politique d’un jeune socialiste IMC remet des « choses en place » en confirmant que rien ne s’oppose à ce que un infirme moteur cérébral puisse exercer ses droits politiques. Le droit d’éligibilité tombe seulement pour le citoyen placé sous tutelle à cause d’une maladie mentale ou d’une faiblesse d’esprit. Rien ne s’oppose donc qu’un IMC entre dans le cénacle politique au sein de nos régimes démocratiques.

( D’après des informations également publiées sur http://www.24heures.ch/ )

Cet article vous a intéressé ? Merci de voter pour celui-ci en haut du texte afin d’en assurer sa publication sur Blogonet. ( + de 100 votes = une large diffusion dans le public).

Plus à propos de Philippe Steinier

Philippe Steinier a publié 3325 articles dans le blog Handimobility..

Président association Handimobility. Economiste - Licencié en sciences sociales

Article publié le : 11 janvier 2010 dans la catégorie Institutionnel & Droit

Lectures complémentaires

    Partager cet article

    Laissez un commentaire