Softenon et thalidomide : la malformation des membres enfin expliquée par des chercheurs japonais.


Thalidomide.jpegEn 1954, la compagnie allemande Chemie Grünenthal synthétise la thalidomide. Le médicament est mis en marché dès 1957 et devient disponible dans 46 pays, jusqu’à ce qu’il soit démontré qu’il affecte le développement du foetus.

De nombreux enfants désignés comme « Softenon » selon le nom du médicament incriminé naissent avec des malformations majeures affectant très souvent les mains, les bras..

Ce médicament fut souvent prescrit aux femmes enceintes pour combattre la nausée matinale.

Des scientifiques japonais viennent de découvrir un des mécanismes à l’origine de la malformation des membres de l’embryon en développement à la suite de l’exposition à la thalidomide.

Les travaux du Dr Takumi Ito et de ses collègues du Tokyo Institute of Technology révèlent que la thalidomide se lie à la protéine cereblon et la rend inactive, alors que son rôle est primordial dans le développement du bébé.

Cette découverte a été possible grâce à la manipulation génétique de la production de la protéine cereblon dans des embryons de poulet et dans des poissons-zèbres en développement.

Les auteurs espèrent que leurs travaux puissent mener à la création d’un médicament similaire à la thalidomide, mais qui n’affecterait pas l’embryon.

Sans doute la fin d’un épisode plus que douloureux qui a vu la naissance de milliers de bébés atteints de malformations congénitales importantes et de handicaps irrémédiables.

( Sur base d’informations également publiées sur http://www.radio-canada.ca )

Cet article vous a intéressé ? Merci de voter pour celui-ci en haut du texte afin d’en assurer sa publication sur Blogonet. ( + de 100 votes = une large diffusion dans le public )

Plus à propos de Philippe Steinier

Philippe Steinier a publié 3299 articles dans le blog Handimobility..

Président association Handimobility. Economiste - Licencié en sciences sociales

Article publié le : 15 mars 2010 dans la catégorie Santé & Médecine

Lectures complémentaires

    Partager cet article

    Laissez un commentaire