Ségolène Neuville à contre-courant des dispositions prévues dans les Ad’ap ?

Ségolène Neuville à contre-courant des dispositions prévues dans les Ad’ap ?


Dès l’annonce officielle du nom de la nouvelle Secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées annoncée officiellement, BFM TV a réussi à interviewer Ségolène Neuville au sujet de sa nouvelle fonction mais aussi sur la problématique liée au report de l’accessibilité en France.

Contre toute attente, Ségolène Neuville lance au cours de l’interview une idée qui semble être à contre courant des nouvelles dispositions prises dans le cadre des Agendas d’Accessibilité Programmée.

En effet Ségolène Neuville introduit une notion très particulière qui consisterait à planifier le report d’une manière intelligente en tenant compte d’un nouveau critère de fréquentation des lieux devant être adaptés.

D’une façon générale, plus un bâtiment est fréquenté et plus vite il doit être mis aux normes. Les autres, moins fréquentés pourraient être alors reporté plus en avant dans le temps.

Trois problèmes majeurs se posent en fonction de cette déclaration

1 – Ce critère est très surprenant car, il se situe dans la logique inverse du projet de réforme. En effet, si l’on tient compte de ce critère les bâtiments d’Etat les plus importants, dits « complexes » comme les collèges ou autres ERP majeurs devraient être adaptés en priorité or, le cadre légal actuel prévoit que ce sont ces bâtiments qui précisément bénéficient des délais supplémentaires les plus longs (jusqu’à 9 ans).

2 – Ce critère pose également un problème très pratique, celui de la quantification. Comment est-il possible de définir mathématiquement un taux de fréquentation fiable d’un lieu qui par essence est actuellement inaccessible et pour lequel il n’existe donc aucune donnée ou source statistique fiable ?

3 – En dernier lieu, le critère de fréquentation pourrait vite créer une distortion importante entre d’une part les villes, les centre urbains importants et d’autres part les petites villes ou communes moins peuplées.

Comme on le voit, si ce critère semble au départ très logique, il apparait manifestement qu’il relève d’une fausse-bonne idée sans doute lancée un peu trop vite sans concertation préalable avec ses pairs. Alors erreur de jeunesse ou nouveau critère à venir ? il faut voir…

Vous pourrez retrouver la déclaration de madame Ségolène Neuville dans la vidéo ci-dessous au timing 4min55 ou sous forme écrite ci-dessous.

« Je crois qu’on peut avancer intelligemment sur le sujet de l’accessibilité. C’est-à-dire établir des critères sur les bâtiments publics. Vous avez des bâtiments qu’il est beaucoup plus urgent de rendre accessibles à toutes formes de handicaps que d’autres, parce que tout simplement ils sont plus fréquentés.

Plus les bâtiments sont fréquentés et plus il est urgent qu’ils soient accessibles. Il faut établir des critères. Par exemple, en 2015, il y a certains bâtiments qui devront être tout de suite équipés. Alors qu’il y en a d’autres, ce sera peut-être en 2016.

Ce qui est important au final, c’est qu’on ait cet objectif-là : que la société soit plus inclusive pour les personnes handicapées. Je crois q’il y a une façon peut-être intelligente d’associer à la fois le fait qu’il y a des déficits publics et que, surtout, les collectivités locales n’ont pas les moyens de s’adapter tout de suite, et puis palier l’urgence en faisant des priorités. »


Plus à propos de Philippe Steinier

Philippe Steinier a publié 3325 articles dans le blog Handimobility..

Président association Handimobility. Economiste - Licencié en sciences sociales

Article publié le : 14 avril 2014 dans la catégorie Accès à l'autonomie,Institutionnel & Droit,Institutionnel et Droit

Lectures complémentaires

    Partager cet article

    Laissez un commentaire