Pied de nez à l'accessibilité, les promoteurs veulent moins d'ascenseurs dans les bâtiments.

Pied de nez à l’accessibilité, les promoteurs veulent moins d’ascenseurs dans les bâtiments.


En France, ce sont chaque année, 15.000 nouveaux logements qui sont rendus totalement inaccessibles aux personnes en situation de handicap et ceci faute d’ascenseur.

Sans tenir compte de cette situation déplorable (lorsque l’on sait qu’en moyenne un ascenseur ne représente que 2 % du coût de construction d’un immeuble HLM) les promoteurs immobiliers font actuellement pression pour ne plus devoir en installer qu’à partir de 5 étages contre 4 actuellement.

Un véritable scandale que l’on peut même qualifier de provocation totale au moment ou l’on ne cesse de parler d’accessibilité et d’ajouter report sur report..

Plusieurs associations de défense de personnes handicapées pointent un doigt accusateur vers cette situation totalement inadaptée et à contre sens de l’évolution de notre société de plus en plus vieillissante et présentant de plus en plus de problèmes de mobilité.

Si l’on désirait vraiment tout réaliser en dépit du bon sens et de toute réalité de terrain on ne s’y prendrait pas vraiment autrement.

Pour rappel, actuellement la réglementation inhérente aux ascenseurs stipule que celui-ci est rendu obligatoire dans des bâtiments d’habitation collectifs d’au moins quatre étages en plus du rez-de-chaussée dénommés techniquement (R+4).

Le problème majeur consiste dans le fait qu’en général les communes françaises privilégient les constructions avec 3 étages maximum (R+3).

Les personnes handicapées et vieillissante sont dont systématiquement exclue des étages, une situation qui continue à créer ainsi chaque année la mise en place (légale) d’un vivier de 15.000 logements totalement inaccessibles.

Entre 2006 et 2010 ce serait ainsi pas moins de 75.000 logements qui seraient interdit d’accès aux personnes handicapées ou présentant de problèmes d’autonomie.

Or, les promoteurs immobiliers, loin d’être interpellés par cette situation, verraient bien pour atteindre leur seuil de rentabilité souhaité, réclamer une modification de la législation actuelle ayant pour but d’imposer un ascenseur non pas à partir de 4 mais bien de 5 étages (soit passer de R+4 à R+5 !).

Pour les associations de personnes handicapées c’est le schéma inverse qui devrait être pris en considération pour pouvoir augmenter le quota de logement disponible pour les personnes en situation de handicap ou vieillissante. Il faudrait donc passer l’obligation d’installation du niveau R+4 à R+3 !

L’enjeu est de taille car pour les société immobilières ne plus rendre obligatoire un ascenseur à partir de 4 étages mais bien de 5 les rends deux fois gagnants

– Une première fois par les économies engrangées et l’augmentation de leurs marges bénéficiaires

– Une deuxième fois, dans un futur pas si éloigné que cela, ou la réalité sociale d’une population vieillissante ne pourra plus être ignorée par les autorités et ou, à ce moment il faudra obligatoirement réaliser des travaux d’adaptation à grand frais dans des immeubles non conçu dès le départ pour recevoir une cage d’ascenseur . Il faudra alors initier des travaux à couts somptuaires pour les rendre accessibles. Devinez alors qui sera à ce moment chargé de réaliser ces travaux onéreux et facturera ceux-ci ? Ces mêmes sociétés immobilières qui auront elles-même plongé le marché immobilier dans cette situation critique.

Le problème consiste également en ce qu’il n’est pas vraiment possible de savoir si les personnes handicapées pourront compter sur le sérail politique pour contrer ces décisions tant, par le passé, nous avons appris quelle force de persuasion les lobbies financiers et immobiliers pouvaient déployer dans ce domaine.

De plus, ceux-ci seront sans aucun doute soutenu inconditionnellement par les associations de locataires pour qui la présence d’un ascenseur constitue un vecteur d’augmentation des charges à cause des frais d’entretien et des interventions techniques à prévoir.

Nous sommes donc embarqué dans la « guerre du R+3 contre R+5 » ou autrement dit celle du bon sens contre celle du profit maximisé.

Pour en savoir plus : lire l’article « Accessibilité : les associations de personnes handicapées montent le ton pour descendre le manque d’ascenseurs » sur Faire Face


Plus à propos de Philippe Steinier

Philippe Steinier a publié 3325 articles dans le blog Handimobility..

Président association Handimobility. Economiste - Licencié en sciences sociales

Article publié le : 16 avril 2014 dans la catégorie Accès à l'autonomie,Société & Opinions

Partager cet article

Laissez un commentaire