Le parking handicap victime d'une fraude dans un cas sur trois !

Le parking handicap victime d’une fraude dans un cas sur trois !


Il ne peut se passer un jour sans que nous n’entendions parler de mobilité. Qu’elle soit de nature technologique ou physique, la mobilité est actuellement au centre des préoccupations des médias mais aussi des politiques.

La mobilité des personnes handicapées reste trop souvent, encore et toujours, problématique en Europe.

Il est un fait établi que la mobilité des personnes moins-valides (et donc leur capacité à atteindre un point de destination précis) dépend presque exclusivement de la disponibilité ou non des fameuses places bleues réservées aux détenteurs de la carte européenne de stationnement.

Ces places, lorsqu’elles sont correctement conçues, doivent faciliter la mobilité des personnes handicapées, diminuer la pénibilité du déplacement mais aussi permettre aux véhicules aménagés de pouvoir bénéficier de la logistique nécessaire pour débarquer ou embarquer la personne (par exemple en déployant une rampe d’accès).

Ce n’est un mystère pour personne que bon nombre de conducteurs inciviques squattent très fréquemment et illégalement ces places. Ce phénomène ne fait que s’aggraver à l’heure où le stationnement se fait de plus en plus rare dans nos villes.

Dernièrement, j’ai dénombré sur le parking d’un grand magasin 7 places réservées dont … 6 étaient squattées illégalement par des conducteurs valides. L’absence devenue presque historique de contrôles continus, la lenteur de réaction des autorités et le faible montant des contraventions réellement appliquées pour ce type d’infraction sont de très bons incitants pour ne pas respecter la loi.

Si l’usage frauduleux d’une carte européenne de stationnement est passible de 1.500 euros d’amende, je n’ai jamais personnellement rencontré ou entendu quelqu’un qui a du payer un tel montant.

Au-delà de ces éléments (tristement connus de tous) vient s’ajouter un autre phénomène beaucoup plus inquiétant, celui de la FRAUDE.

Cette fraude est parfois, de façon très surprenante, organisée par les personnes handicapées elles-mêmes ou leur propre entourage.

La carte officielle est ainsi utilisée au sein même de la famille ou prêtée aux amis (et ce en toute connaissance de cause de la personne moins-valide) alors que l’intéressé n’est nullement présent lors du déplacement.

Les difficultés liées au stationnement sont parfois si importants que ce petit prêt entre amis se réalise sans aucun type de remords, question d’octroyer des « facilités » à son entourage proche pourtant… valide.

Mais au delà des inciviques et de l’utilisation illégale de cartes officielles il existerait un secteur florissant et particulièrement inquiétant : celui du FAUX ET USAGE DE FAUX.

Dans un article de « La république des Pyrénées », on apprend ainsi que si les abus cités précédemment ne sont pas chiffrés avec exactitude, l’Association des paralysés de France (APF) avancerait quant à elle (sur son site web) qu’une carte sur trois serait ainsi fausse ou utilisée de manière frauduleuse.

La MDPH, de son coté, déclare être « régulièrement sollicitée » pour « des demandes de duplicatas… » qui sont loin d’être toujours justifiées.

À Pau, la police municipale constate également sur les pare-brise, l’ancienne carte (grand invalide civil) qui n’est plus valable pour le stationnement depuis le 1er janvier 2011. Parfois les détenteurs ne sont plus dans les critères d’attribution et continuent d’abuser de leur précédente carte feignant de ne pas être au courant de la nouvelle réglementation.

À l’Association française contre les myopathies (AFM), la déléguée départementale Marie-Françoise cite également le cas ainsi de commerçants qui n’hésitent pas à faire des photocopies ou encore des personnes handicapées qui se sont voler leur carte de stationnement.

Si vous ajoutez à cela toutes les personnes valides qui ne renvoient pas la carte de stationnement au moment du décès du bénéficiaire, toutes celles qui utilisent les cartes de personnes âgées placées en institution et qui n’effectuent plus de déplacements en véhicule particulier, toutes celles qui n’ont pas renouvelé la carte lors de la date d’expiration est atteinte, vous comprendrez que la situation est devenue intenable et insoutenable.

Lorsque vous aurez la possibilité de vous garer à proximité de places réservées, observez bien le nombre de personnes qui s’arrêteront sur les places bleues et bondiront hors de leur voiture comme un lapin hors de leur terrier et rejoindront leur destination d’un pas assuré voir même en courant.

Telle est la triste réalité du parking handicap.

Cette situation demande une réponse urgente des autorités mais aussi de l’Europe. L’instauration future de cartes soit disant infalsifiables ne suffit pas. Toutes les lois du monde ne servent à rien si on ne les applique pas, si on ne débusque pas les fraudeurs, si on ne réprime pas sévèrement les contrevenants.

Pendant des années, on a entendu des messages de sensibilisation dont la diffusion a couté des millions d’euros aux collectivités. L’heure n’est plus à la sensibilisation des adultes mais bien à la répression réelle de ces fraudes.

Il en va de notre capacité de vivre en collectivité, de pousser un individu à respecter autrui, de vivre en bonne entente, en toute convivialité .

Nous aurions tort de croire qu’une démocratie ou le respect d’autrui est un phénomène naturel, qui va de soit sans que nous n’ayons rien à faire..

Non, tant la démocratie que le respect de l’autre est un combat de chaque jour.

La démocratie et le respect se méritent !!!

Cette vérité première devra un jour ou l’autre être comprise par les autorités. Assez de paroles, de l’action SVP !

Pour en savoir plus, lisez l’article de La République des Pyrénées « Stationnement : des abus autour de la carte « handicapé »


Plus à propos de Philippe Steinier

Philippe Steinier a publié 3325 articles dans le blog Handimobility..

Président association Handimobility. Economiste - Licencié en sciences sociales

Article publié le : 03 octobre 2013 dans la catégorie Accès à l'autonomie,Institutionnel & Droit,Institutionnel et Droit,Société & Opinions

Lectures complémentaires

    Partager cet article

    Laissez un commentaire