Handicap mental : stérilisation forcée en Grande Bretagne

Handicap mental : stérilisation forcée en Grande Bretagne


L’histoire de ce jeune handicapé mental de 36 ans est sans aucun doute atypique et pourtant si réelle. Vivant chez ses parents mais ayant depuis 10 ans une compagne (elle-même handicapée mentale) est déjà le papa d’un enfant non souhaité par le couple.

Le problème essentiel consiste en ce que celui-ci est né non pas à la suite d’une décision personnelle mais du fait de l’incapacité du couple de comprendre que la naissance d’un bébé est la conséquence directe des relations sexuelles. La problématique se complique encore lorsque l’on sait que le papa qui présente un QI de 40 (celui d’un enfant entre 6 et 9 ans) et la maman sont incapables de comprendre, gérer et recourir à la contraception.

Afin d’éviter la naissance d’autres enfants non désirés du au fait du hasard des relations sexuelles, les
autorités avaient déjà du prendre des mesures drastiques pour prévenir d’autres naissances de ce type en empêchant et interdisant légalement le papa de se retrouver seul avec sa petite amie. L’entourage doit donc veiller à cet aspect des choses très contraignante.

Comme le papa handicapé mental désire évidement revoir sa compagne, la seule solution possible vu l’incapacité du couple de recourir à la contraception est la vasectomie. Problème, il est incapable d’en comprendre le concept et donc de donner un accord motivé indispensable.

Les parents du papa handicapé mental, le médecin généraliste et les services sociaux ont donc fait cette demande à la place de l’intéressé devant la justice.

Le tribunal britannique vient d’accorder la requête et autorise cette stérilisation forcée. Un geste sans aucun doute en adéquation avec ce cas précis mais qui relance sur la place publique le débat très houleux au sujet de la stérilisation forcée des personnes handicapées mentales surtout que celle-ci a souvent été réalisée à des fins eugéniques par les régimes politiques les plus abjects de notre histoire.

Il faut également savoir que la stérilisation forcée des personnes handicapées mentales est considérée comme un crime contre l’humanité depuis l’adoption du Statut de Rome en 1998 ce qui pose un grave problème de nature juridique.

Une situation douloureuse qui ouvre une large réflexion éthique mais aussi juridique et médicale car, bien sur, ce cas fera jurisprudence même si les motivations sont saines et exemptes d’arrières pensées dans le cas présent.

Une preuve que toutes les lois du monde ne peuvent répondre à 100% à l’ensemble de la complexité des relations humaines.


Plus à propos de Philippe Steinier

Philippe Steinier a publié 3325 articles dans le blog Handimobility..

Président association Handimobility. Economiste - Licencié en sciences sociales

Article publié le : 18 octobre 2013 dans la catégorie Institutionnel & Droit,Société & Opinions

Lectures complémentaires

    Partager cet article

    Laissez un commentaire