Google Glass et handicap : 3 raisons d'un échec prévisible.

Google Glass et handicap : 3 raisons d’un échec prévisible.


Faut-il encore vous présenter les célèbres Google Glass, cette célèbre paire de lunettes high tech bien connue des Geeks qui est équipée d’une caméra intégrée, d’un micro, d’un pavé tactile sur l’une des branches, de mini-écrans et d’un accès à internet par Wi-Fi ou Bluetooth.

Si ces fameuses lunettes numériques permettent d’accéder à la plupart des fonctionnalités de Google, elles renferment également un terrible potentiel de développement visant à augmenter comme jamais au paravant l’autonomie des personnes en situation de handicap.

Imaginez-vous dans un futur très proche, plus précisément en 2015 ! Vous vous déplacez en fauteuil roulant en pleine ville.

Dans un geste devenu banal, vous chaussez vos Google Glass et demandez de vous rendre à votre lieu de rendez-vous.

Immédiatement une application GPS spécialement dédiée au handicap s’ouvre et vous soumet en temps réel et au fur et à mesure de vos déplacements, le trajet le plus optimisé en fonction de votre handicap précis. Vous n’avez donc plus qu’à suivre le trajet qui sera doté de trottoirs pourvus d’adoucis.

Bien sur les renseignements varient en fonction du handicap et de votre capacité d’autonomie.. Bref, un service à la carte et totalement personnalisé !

Lors de votre progression, vous découvrez autour de vous les différents bâtiments en réalité augmentée. Votre environnement immédiat se retrouve donc assorti d’informations sur l’accessibilité comme par exemple la localisation des toilettes adaptées, les entrées spécialement dédiées, les ascenseurs, les caisses de magasins réservées…

Bien sur si votre déplacement se réalise en voiture, vos Google Glass vous guident jusqu’au places réservées aux personnes handicapées tout en affichant leu taux de disponibilité.

Comme vous vous déplacez dans un monde ultra communicant grâce aux bornes wi-fi gratuites, chaque fois que vous découvrez un spot intéressant ou de nouvelles facilités pour les personnes handicapées, en un seul clin d’oeil vous prenez en photo l’élément, y ajoutez un commentaire personnel et l’envoyez sur les réseaux sociaux mais aussi au sein d’une immense base de données qui ne cesse de s’enrichir jour parés jour, minutes après minutes de nouvelles information pratiques à destination des personnes moins-valides.

Cette situation n’est nullement utopique, elle pourrait devenir réalité dans une ou deux années et pourtant…

Si les possibilités technologiques existent déjà, le produit en lui-même risque bien d’enterrer directement ce type de service. La Google Glass apparait déjà porter en elle tous les germes d’un échec annoncé…

Les spécialistes en technologies sont d’ailleurs de plus en plus pessimistes quant aux chances de développement du produit à cause de trois raisons fondamentales : l’image des Google Glass son champ d’application et le piratage.

En effet, l’image des Google Glass dans le grand public s’est de plus en plus détériorée à cause d’une erreur fondamentale dans la communication de Google.

Google a lancé la diffusion de ses premières Glass (surtout dans un but de test) auprès d’une population de jeunes Geeks souvent très riches. Le cout lié aux lunettes et les critères de diffusion très sélectives ont associé l’image du produit à celles de jeunes youpies croupissant sous le « fric » et aimant arborer leurs lunettes surtout pour se démarquer du « peuple de base » (technologiquement et financièrement parlant bien sur). Bref, ces lunettes sont perçues comme celles de bobos snobinards.

Ceci ne reflète pas nécessairement la réalité mais malheureusement une image de produit ne se base pas sur l’objectivité mais bien sur la perception qu’on les clients potentiels au sujet du produit (et dans le cas présent c’est loin d’être une réussite).

Pour preuve, il n’a pas fallu longtemps pour lire sur les réseaux sociaux de très larges moqueries et critiques adressées aux possesseurs de Google Glass mettant en avant le coté snob et superficiel qui se dégage de leur image.

L’image du produit Google s’est donc considérablement ternie au sein même du marché qui et ceci avant même sa diffusion globale.

Ce coté négatif aurait sans doute pu disparaitre avec un peu de temps si ce n’est que le deuxième problème recensé risque bel et bien quant à lui d’avoir la peau des Google Glass.

En effet, par sa technologie embarquée, les Google Glass créent une véritable remise en question en matière de protection de la vie privée.

C’est surtout la capacité de prendre une photo (ou une petite vidéo) par exemple en clignant de l’oeil ou avec une petite commande vocale qui cause problème.

Imaginez-vous avoir derrière vous un possesseur de Google Glass lorsque vous retirez de l’argent dans un distributeur automatique ou de voir un possesseur de lunettes communicantes vous suivre du regard, angoisse assurée !

Ce problème a déjà causé de grands émois tant au sein des autorités que dans la société civile. Ceux-ci se sont déjà mis à interdire à tour de bras le port de Google Glass dans certains grands espaces publics mais aussi les banques, bon nombre de restaurants, les cinémas, les commerces ect…
Chaque jour la liste des interdictions ne cesse de s’allonger.

Dernièrement ce sont les villes de Las Vegas et Atlantic City (USA) qui viennent formellement d’interdire ces lunettes dans tous les casinos et lieux de jeux pour éviter tout risque de tricherie.

Enfin cerise sur le gateau, c’est l’industrie pornographique qui a dernièrement affirmé porter un intérêt certain aux lunettes de Google qui a attiré l’attention de certains autres acteurs. C’est ainsi que l’on songe bien sur à interdire les Google Glass sur les plages, autours des piscines, saunas .. bref tous les endroits ou les filles peuvent se balader un peu dénudée… respect de la vie privée et droit à l’image obligent!

Le secteur de l’enseignement ne s’en est pas encore réellement mêlé mais il ne fat pas beaucoup d’imagination pour comprendre que ces lunettes seront interdites dans les enceintes scolaires et universitaires .

Cette liste d’interdictions ne cesse de s’allonger jour après jour à tel point que certains amateurs de technologies prédisent qu’a très court terme vous ne puissiez plus porter vos Google Glass que dans votre propre maison et dans votre jardin privé ce qui, vous en conviendrez, limite très fort l’intérêt de l’objet. Cette vision n’est peut-être pas si idiote que cela au rythme vertigineux des interdictions.

Enfin, pour terminer il faut tenir compte des premiers piratages de Google Glass qui ont vu le jour dernièrement et qui ne relèvent plus de l’imaginaire.

Certains pirates ont déjà montré leur faculté de « pénétrer » assez facilement au sein de vos Google Glass par la liaison wi-fi ce qui leur permet par exemple de pouvoir prendre une photo à partir de vos lunettes sans que vous ne puissiez l’en empêcher ou même sans vous en rendre compte.

Imaginez quel pouvoir que celui d’avoir la capacité de prendre la place de vos yeux et quel risque de sécurité cela représente si vous les portez devant des documents privés ou un distributeur de billet de banque.

En matière de sécurité, il n’est nullement idiot de penser qu’une fois votre Google Glass piratée géolocalisée et que celle-ci sera associée à votre handicap (ce qui inclus le fait d’une difficulté de ne pas pouvoir parer efficacement à une agression physique) que votre propre sécurité physique pourrait en être réellement compromise.

C’est cette géolocalisation en temps réel qui pose problème (un problème déjà rencontré avec les smartphones) car une fois géolocalisé en extérieur il sera facile à des tiers de savoir que votre domicile est libre d’occupation. Les cambriolages pour cause de messages géolocalisés sur les réseaux sociaux ne sont plus rares et sont bien connus maintenant de la Police…

Bref, l’avenir nous dira ce qu’il adviendra des Google Glass mais le déficit d’image du produit, son champ d’action légalement restreint et sa capacité à être piratée sont trois éléments qui pourraient marquer le coup de grâce d’un objet communiquant qui pourtant ouvre actuellement d’énormes possibilités dans le domaine du handicap et de la mobilité.


Plus à propos de Philippe Steinier

Philippe Steinier a publié 3325 articles dans le blog Handimobility..

Président association Handimobility. Economiste - Licencié en sciences sociales

Article publié le : 13 juin 2013 dans la catégorie Aides & Matériel,Technologie & Futur

Lectures complémentaires

    Partager cet article

    Laissez un commentaire