Fraude : de faux athlètes handicapés de plus en plus nombreux aux paralympiques

Fraude : de faux athlètes handicapés de plus en plus nombreux aux paralympiques


Handicap humourLe phénomène n’est pas très connu du grand public mais les jeux paralympiques sont de plus en plus confrontés à un phénomène de tricheries et de fraudes : de plus en plus d’athlètes faussement handicapés arrivent à concourir à ces jeux handisport.

C’est le journal Spiegel qui a mis en évidence cette évolution.

Certains athlètes ont parfois mauvaise conscience comme Monique van der Vorst (qui a remporté deux médailles d’argent aux Jeux paralympiques en 2008 en cyclisme handisport) et qui vient d’avouer qu’elle pouvait marcher au moment où elle a réalisé ses exploits sportifs et ce après avoir un temps fait croire à une guérison miraculeuse.

Il y a aussi la problématique d’athlètes handicapés qui simulent un handicap plus important qu’ils n’ont en réalité pour pouvoir être classé dans une catégorie à handicap plus aggravé et ainsi se garantir une victoire plus facile

C’est ainsi que lors des Jeux paralympiques d’Atlanta qui se sont déroulé en 1996, 11 athlètes ont été renvoyés chez eux pour tricherie et fraude, tandis que l’équipe espagnole de basket pour handicapés mentaux qui a gagné le titre aux JO de Sydney comportait 10 joueurs n’ayant aucun handicap mental. Ils avaient simplement évité le test de QI qu’ils étaient supposés subir avant l’entrée en compétition.

Les juges sensés vérifier la véracité d’un handicap ont parfois du mal à l’affirmer en toute certitude surtout en ce qui concerne le handicap visuel.

Les athlètes malvoyants doivent avoir moins de 10 pour cent de vision or parfois les athlètes jouissent d’une vue beaucoup plus importante comme par exemple Yvonne Hopf, une allemande quintuple championne olympique en handisport, a ainsi été obligée d’arrêter sa carrière après qu’il ait été prouvé que sa vision était supérieure à 10%, et a passé son permis de conduire peu après cette révélation.

Evidemment, il serait injuste de considérer les jeux paralympiques selon cet angle uniquement mais les juges et les médecins se doivent d’être très prudent avant d’approuver la véracité d’un handicap au vu du peu de respect et de conscience sportive des ces athlètes fraudeurs. Ce type de comportement indigne est peut-être à mettre en rapport avec l’évolution de notre société et l’effacement progressif des normes et des valeurs comme l’honnêteté et l’intégrité.

Ce qui est cependant très dommageable consiste en ce que très souvent ces supercheries sont découvertes qu’une fois les jeux passés. Les véritables athlètes handicapés sont alors définitivement écartés du podium sans aucune possibilité de retour et ce uniquement du fait des actions initiées par ces personnes peu scrupuleuses.

Il reste juste à ces personnes malhonnêtes de se draper dans leur honte et leur malhonnêteté mais cela ne fait qu’une maigre consolation pour les vrais athlètes paralympiques. Il est donc plus qu’important de mettre en oeuvre tous les moyens de détection de fraude avant que les épreuves elles-mêmes se déroulent.

Sur base d’informations recueillies également sur le site de SPIEGEL Online

Plus à propos de Philippe Steinier

Philippe Steinier a publié 3294 articles dans le blog Handimobility..

Président association Handimobility. Economiste - Licencié en sciences sociales

Article publié le : 01 mai 2012 dans la catégorie Société & Opinions

Lectures complémentaires

    Partager cet article

    Laissez un commentaire