EasyJet : encore 50.000 euros d'amendes pour "discrimination" au handicap.

EasyJet : encore 50.000 euros d’amendes pour « discrimination » au handicap.


Décidément, Easyjet doit se mordre un peu les doigts en cette période. Alors que le 5 février 2013, la cour d’appel de Paris avait déjà confirmé la condamnation d’EasyJet à 70.000 euros d’amende pour pour avoir refusé l’accès d’un avion à trois personnes handicapées non accompagnées (Lire ici), voici qu’elle est à nouveau condamnée à verser 50.000 euros d’amende pour «discrimination» envers une passagère souffrant d’un handicap moteur.

Complémentairement, La compagnie aérienne low-cost devra également verser 5.000 euros de dommage et intérêts à Marie-Patricia Hoarau, la plaignante, ainsi qu’un euro symbolique à l’Association des paralysés de France (APF), qui s’était constituée partie civile dans cette affaire.

Mais quelle affaire ?

Pour rappel, Marie-Patricia Hoarau qui se déplace en fauteuil roulant avait été forcée par l’équipage de débarquer de son Paris-Nice au motif qu’elle voyageait sans accompagnateur.

La raison invoquée est toujours la même : en cas d’incident, la personne handicapée serait incapable de rejoindre les sorties de secours de manière autonome. Or, la ou le bat blesse dans ce cas c’est, qu’en ce qui concerne cette voyageuse PMR, un pilote qui se trouvait parmi les passagers avait proposé de jouer ce rôle mais la direction d’EasyJet, alertée par le commandant de bord, avait refusé en toute connaissance de cause cette solution et avait alors ordonné de faire sortir Mme Hoarau de la cabine de l’avion.

En a-t-on terminé ?

Eh bien non, EasyJet doit encore à nouveau comparaître le 19 juin 2014 devant le tribunal de grande instance de Bobigny pour répondre d’accusations de discrimination portées par une autre passagère handicapée, refusée à l’embarquement au motif qu’elle voyageait seule.

Ce qui est sans doute encore plus regrettable c’est qu’EasyJet malgré ces diverses condamnations qui n’avalisent pas son motif de « risque à la sécurité aérienne » ne change en rien sa vision des choses et ne semble même pas entamer une réflexion à ce sujet.

En effet, le conseil d’EasyJet, Philippe Van Der Meulen commente cette décision du Tribunal comme « une réponse à des considérations émotionnelles et militantes, et non une contribution à garantir la sécurité des vols et en particulier la sécurité des personnes à mobilité réduite« . L’avocat a rappelé que la compagnie transportait quotidiennement environ 1.000 personnes à mobilité réduite «et que seules 1% (étaient) accompagnées.

Bref il est fort probable que l’on assistera encore à des débarquements de personnes PMR des avions d’EasyJet et on assistera encore à d’autres procès, cela tient à une certaine logique des choses.

XXXXXXXXXXXXXXXXé


Plus à propos de Philippe Steinier

Philippe Steinier a publié 3325 articles dans le blog Handimobility..

Président association Handimobility. Economiste - Licencié en sciences sociales

Article publié le : 12 février 2014 dans la catégorie Institutionnel & Droit

Lectures complémentaires

    Partager cet article

    Laissez un commentaire