Andenne : pas assez de places de stationnement handicap ? Alors payez !

Andenne : pas assez de places de stationnement handicap ? Alors payez !


C’est une décision qui aurait mérité une réaction beaucoup plus virulente de la part d’officiels ou de citoyens et qui en réalité est presque passée inaperçue.

Retour en ce mois d’Août 2013 ensoleillé. Je reviens de Strasbourg et sur l’autoroute belge, une fois passé le Grand Duché de Luxembourg, j’entends une information surprenante diffusée par mon auto-radio :

« Se garer au centre-ville de Andenne (Province de Namur en Belgique) ne sera plus gratuit, la ville a décidé d’installer des horodateurs. L’objectif est de lutter contre les voitures ventouses. A ce titre, les personnes à mobilité réduite qui se rendront dans la ville et qui seront dans l’incapacité de trouver une place de stationnement réservée aux PMR, devront payer le parking « standardisé » sur lequel ils seront tenu de se garer et ce, même s’ils arborent leur carte de stationnement européenne« .

En clair, si toutes les places de parking réservées sont occupées et qu’une personne handicapée se retrouve dans l’obligation de se garer sur une place normale, elle devra payer son stationnement comme tout autre conducteur, pas question de bénéficier d’une extension de la gratuité des « places bleues » .

La justification du Bourgmestre Claude Eerdekens (PS) est quant à elle plus que surprenante, en voici sa géniale citation historique : « Handicapé ne veut pas dire indigent, ni gratuité ».

Cette déclaration est à proprement parler une atteinte à l’honnêteté intellectuelle car elle occulte une situation beaucoup moins brillante qu’elle ne laisse transparaitre.

En effet, la ville d’Andenne est connue depuis longtemps pour son manque chronique de places réservées aux PMR.

Par exemple, le tronçon payant visé ici ne compte que cinq à six places de parking PMR ce qui est très largement insuffisant. Une situation qui est d’ailleurs identique sur tout le territoire de la ville.

Sur ce nombre de places disponibles, il faut bien sur encore soustraire les « fameux » conducteurs inciviques qui occupent les places sans autorisations.

Cette commune bien connue pour son manque de stationnement adapté oblige fréquemment les PMR de s’éloigner de leur point de destination ce qui complique encore plus leur problématique d’accessibilité .

A noter également qu’ils se retrouvent aussi dans l’incapacité de bénéficier d’une logistique adaptée pour les véhicules avec rampes ou adaptations spéciales.

Ce n’est malheureusement pas un cas unique en Belgique mais jusqu’ici les villes présentant ces caractéristiques avaient l’élégance d’appliquer les avantages liés aux détenteurs de cartes (comme la non limitation du parking dans le temps et la gratuité) lorsque ceux-ci se retrouvaient éjectés sur une place « lambda ».

Nous mettons donc ici le doigt sur le noeud du problème pour ne pas dire sur la situation scandaleuse qui a été prise à Andenne. En voici les 3 raisons principales:

1 – C’est la politique « indigente » de la ville d’Andenne en matière de stationnement PMR qui impose, sans aucune autre possibilité, aux personnes handicapées de stationner (si elle le peuvent) sur une place standardisée.

En fonction de cette « pénurie » le PMR se donc voit donc dans l’obligation d’utiliser d’une place normale payante. Cette pénurie de places réservées « gratuites » devient donc, en fonction de cette décision, une aubaine pour les caisses de la cité et ce au détriment de la personne handicapée.

2 – Outre le manque de considération sociale et cette politique restrictive anormale, c’est de façon plus générale la politique d’égalité des chances en matière de mobilité des PMR qui est mise à mal.

3 – Les problèmes d’accessibilité engendrés par le fait de devoir stationner sur une place non adaptée aux différents types de véhicules PMR engendrent pour le citoyen handicapé une augmentation de la pénibilité de ses déplacements et souvent une perte de temps complémentaire par rapport à un valide.

A noter de façon très « caustique » que la perte de temps engendrée est évidement toujours sanctionnée financièrement en matière de stationnement payant. Une aubaine encore supplémentaire en matière de recettes publiques !

Que la défaillance de la politique de stationnement PMR de la ville soit déjà très critiquable en soi, voila qu’elle a l’outrecuidance de la sanctionner en monnaie sonnante et trébuchante au nom d’une pseudo équité de traitement financière entre valides et personnes handicapées.

Rappelons juste aux autorités locales que si l’Europe conseille d’appliquer la gratuité et la non limitation dans le temps en matière de stationnement PMR c’est évidement dans le but de compenser tous ces problèmes spécifiques engendrés par le handicap comme par exemple la pénibilité de déplacement ou les pertes de temps (et ceci en comparaison avec les possibilités d’un conducteur ou un passager valide).

Malheureusement dans ce cas, il s’agit d’une orientation induite par la loi et les bourgmestres les moins sensibles à la problématique peuvent malheureusement y déroger légalement, l’intégration Européenne étant ce qu’elle est…

Mais revenons-en à Andenne : imposer finalement au citoyen handicapé de payer les manquements de la politique de stationnement adapté de la ville est donc simplement inacceptable.

Ce qui l’est encore plus, ce sont les justificatifs invoqués par le bourgmestre. Il n’existe aucune équité de traitement à faire payer des personnes en situation de pénibilité en matière de mobilité du fait des manquements de la politique de la ville !

La Ville d’Andenne rejoint donc le rang des mauvais élèves en matière de politique. D’ailleurs personne ne s’y est manifestement trompé et le secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées Philippe Courard lui-même à regretté cette mesure même si celle-ci reste légale.

Conclusion de ce billet d’humeur mérité : il arrive parfois, comme dans le cas d’Andenne, que la légalité ne fasse cependant ni l’élégance du geste, ni ne représente la justice sociale.

La ville aura-t-elle bientôt la capacité de se rendre compte du mauvais chemin pris ? J’aimerais le croire mais j’en doute.


Plus à propos de Philippe Steinier

Philippe Steinier a publié 3325 articles dans le blog Handimobility..

Président association Handimobility. Economiste - Licencié en sciences sociales

Article publié le : 16 septembre 2013 dans la catégorie Accès à l'autonomie,Autonomie et accessibilité,Société & Opinions

Lectures complémentaires

    Partager cet article

    Laissez un commentaire