Action « Des parking handicap fonctionnels et respectés ». Revendication 1 : de la nécessité de créer deux types de places différentes !

Parking_Revendication1.jpegComme mentionné lors de ces vacances de Noël 2009, Handimobility se lance cette année dans une opération baptisée  » Action et pétition : Pour des places de parking handicap fonctionnelles et respectées.

Aujourd’hui je vous propose de prendre connaissance de la première revendication liée à l’aspect pratique des places de parking pour handicapés ou pourquoi y-a-t-il la nécessité de créer deux places de parking fondamentalement différentes ?

REMONTONS 30 ANS ( OU PLUS ) DANS LE TEMPS :

Certains pays ( faisant partie d’une Europe naissante ) prirent la décision de créer des places de parking réservées aux personnes handicapées. Nous sommes en général dans les années 70 et les caractéristiques démographiques sont bien différentes. Une population plus jeune, une pyramide des âges qui laisse une large part à la population active avec un nombre de personnes âgées inférieur à ces mêmes actifs, des conducteurs handicapés conduisant parfois leur propre véhicule et élément important : une quasi inexistence de camionnettes ou de voitures style « mini-van » munies d’élévateurs ou de plans inclinés permettant d’embarquer ou de débarquer directement un fauteuil roulant.

La situation semble simple pour les décideurs, la place de parking pour le handicapé se doit d’être surtout proche de l’entrée des immeubles et un peu plus large qu’une place traditionnelle pour laisser un fauteuil roulant accéder aux portes latérales. C’est tout… Il reste à définir le quota de places et tout peut fonctionner.

2010 : TOUT EVOLUE SAUF LE CONCEPT DE PARKING :

On assiste à un besoin de mobilité de plus en plus important avec un parc automobile en croissance continue. Les places de parkings n’augmentent dans la même proportion et de nombreux systèmes de contraintes voient le jour. La population a vieilli de façon importante, les handicaps liés à l’âge aussi. De nombreuse personnes handicapées utilisent un véhicule adapté et de plus en plus de camionnettes et mini-van avec élévateurs sont utilisés pour le déplacement des personnes handicapées avec fauteuil roulant. Les diverses lois permettant une meilleure accessibilité architecturale ainsi que celles incitant les jeunes handicapés à poursuivre des études en secteur « normal » et aux actifs handicapés d’intégrer un emploi en entreprise ou dans l’administration engendre un besoin d’utiliser de plus en plus de places réservées or…. nous évoluons toujours sur les bases et concepts vieux de plus de 30 ans pour la majorité des pays européens !

DEUX TYEPES DE PLACES RESERVEES OUR DEUX TYPES DE HANDICAPES :

Ce que les experts et politiciens n’avaient pas prévu lors de la création de ces places c’est que l’évolution de la présence d’une population vieillissante de plus en plus importante et l’évolution du type de véhicule allait créer une scission quant à la finalité des places de parking pour handicapés.

Besoin de places de proximité :

Les personnes âgées présentent des handicaps de style articulaires et / ou sensoriels ainsi que des pathologies ne nécessitant pas d’utiliser un véhicule adapté qui demande impérativement de mettre à disposition des places élargies. Ce que ces personnes visent en priorité c’est la proximité d’une place de stationnement vis à vis de l’entrée de l’immeuble, du commerce ou ils doivent se rendre. L’élargissement au sol de la superficie de la place n’a aucun sens pour ces personnes qui disposent en général de véhicules plus compacts car, de ce fait, mieux adaptés à la circulation urbaine. Une place de parking aux dimensions traditionnelles suffit à condition que la condition de proximité soit respectée. L’économie substantielle de place générée par l’absence de nécessité d’utiliser une surface au sol supérieure permettrait dès lors de créer plus de places de proximité qu’actuellement.

Besoin de places élargies :

Les personnes handicapées se déplaçant en fauteuil roulant manuel ou électrique ont d’autres priorités. Si la proximité est aussi importante c’est surtout l’aspect technique et logistique lié au type de véhicule qui lui permettra ou non d’utiliser la place de parking. Celle-ci doit être impérativement beaucoup plus large et doit permettre de déployer une rampe d’accès latérale ou arrière au niveau du véhicule qui prend lui aussi de l’ampleur ( camionnettes ou minivans … ).
Les places actuelles mêmes élargies sont obsolètes car elles ne permettent pas d’utiliser de façon optimale ce type de matériel. Cette problématique a bien été comprise aux USA qui mettent depuis de nombreuses années différents types de places de parking élargies avec soit bandes latérales au sol avec interdiction de garer pour permettre l’accès du fauteuil roulant vers un élévateur sur le coté du véhicule ou avec bandes arrières afin de permettre la sortie d’un élévateur ou d’une rampe arrière .
Il n’est pas rare de trouver ces différents types de places sur un même parking. Ce soucis du détail offre une accessibilité optimale qui n’est plus rencontrée avec nos places obsolètes

EN CONCLUSION

La première revendication porte sur la création de deux types de places réservées.

1 – DES PLACES DE PROXIMITE : Réservées aux personnes n’ayant pas besoin d’utiliser d’un véhicule adapté ou un fauteuil roulant. Cette place visera en priorité de se trouver à proximité directe de l’entrée des bâtiments visés. ce sera le cas en général pour la population âgée ou avec handicap sensoriel.

2 – DES PLACES ELARGIES : Permettant l’utilisation de véhicules adaptés de plus grandes tailles avec présence ( ou non de rampes ). Ces places devront permettre la descente d’un fauteuil roulant ou d’un « scooter handicap » soit de façon latérale ou arrière en toute sécurité grâce à la présence de bandes d’interdiction de stationner pour les autres véhicules au delà d’une certaine distance.

Notons que ces places de proximité ou élargies devraient être identifiables selon deux codes couleur différentes. En effet il serait interdit pour les détenteurs de places de proximité de se garer sur une place élargie vu les besoins différents des deux catégories de personnes moins-valides

Ceci éviterait le spectacle navrant de voir des personnes pouvant se déplacer de façon autonome avec un petit véhicule occuper en toute légalité des places réservées d’une dimension double par rapport à leurs besoins et de refouler ou d’empêcher les personnes avec un matériel adapté de trouver une place. Cette disposition aurait pour avantage toutefois de mettre à disposition plus de places pour ces personnes encore autonome mais en leur assurant une meilleure proximité.

Notre première action et revendication sera d’expliquer et de faire comprendre qu’il n’est plus possible actuellement de ne garder qu’un seul et unique type de place de parking pour personne handicapée.

Il est a noter que les USA ont déjà pris en compte cet élément logistique indispensable en créant des places avec mention « VAN ONLY  » et des places pour les autres types de véhicule.

Nous verrons que notre deuxième revendication découle directement de cette situation à savoir la modification du design de la carte de stationnement Européenne.

Cet article vous a intéressé ? Merci de voter pour celui-ci en haut du texte afin d’en assurer sa publication sur Blogonet. ( + de 100 votes = une large diffusion dans le public).

Plus à propos de Philippe Steinier

Philippe Steinier a publié 3325 articles dans le blog Handimobility..

Président association Handimobility. Economiste - Licencié en sciences sociales

Article publié le : 05 janvier 2010 dans la catégorie Accès à l'autonomie,Médias & Evénements

Lectures complémentaires

    Partager cet article

    Laissez un commentaire